Toxquebec Created with Sketch.
Filtrer
Substance
Substance
Dépendances
Dépendances

Vos questions, notre expertise

Vos questions et nos réponses peuvent non seulement vous aider en toute confidentialité, mais aussi aider d’autres personnes qui vivent des situations similaires à la vôtre.

Cliquez ici ou visitez la page Contactez-nous pour soumettre votre question.

L’équipe qui répond à vos questions est formée de :

Rodrigue Paré, directeur général de La Maison Jean Lapointe
Béatrice Beaucage, M. Ps., psychologue, Maison Jean Lapointe

09 Mai 2018
Médicaments Femme, 18 - 25 ans
Je suis stagiaire en toxico. et je fais un kiosque sur le TDAH et la prise de substance. Je me demandais : concrètement l’alcool fait quoi sur un TDAH non […]
Lire plus

Je suis stagiaire en toxico. et je fais un kiosque sur le TDAH et la prise de substance. Je me demandais : concrètement l’alcool fait quoi sur un TDAH non médicamenté? Puis ce que l’alcool fait sur la médication d’un TDAH? Ensuite, je me demandais, le cannabis a quels effets sur la médication d’un TDAH?

4, 18 - 25 ans, F
Montréal
Réponse de Toxquebec:

Pour ce qui est des effets de l’alcool sur les symptômes de TDAH, un médecin ou spécialiste du TDAH pourrait davantage vous répondre.

Pour les interactions des substances avec la médication (tel le methylphénidate), le mélange entraînerait une potentialisation (augmentation) des effets euphorisants et une diminution des effets dépresseurs de l’alcool.

Quant au cannabis, son interaction avec le methyphénidate peut entraîner une augmentation du rythme cardiaque ou de la pression sanguine, mais ces interaction dans les cas de TDAH en particulier sont peu documentés.

Règle générale, il est déconseillé d’abuser d’alcool ou de cannabis lorsqu’en traitement avec une médication pour un TDAH.

Bonne chance!

Toxquebec.com

Source :
– Ben Amar, Mohamed (2004). «La polyconsommation de psychotropes et les principales inte-ractions pharmacologiques associées».

Lire moins
02 Mai 2018
Médicaments Femme, 60+ ans
Depuis quelque temps la specialité « BAYPRES 20 » n’est plus fabriquée. Par quoi est-elle remplacée? La prise de ce médicament est-elle compatible avec TENORMINE 100 ETFLUDEX 1,5?
Lire plus

Depuis quelque temps la specialité « BAYPRES 20 » n’est plus fabriquée. Par quoi est-elle remplacée? La prise de ce médicament est-elle compatible avec TENORMINE 100 ETFLUDEX 1,5?

Boheme, 60+ ans, F
Cuguron
Réponse de Toxquebec:

Nous vous suggérons plutôt de poser cette question à un(e) pharmacien(ne).

Toxquebec.com

Lire moins
07 Avr 2018
Autres drogues Femme, 26 - 35 ans
Depuis deux ans je suis en relation avec une personne et j’ai recommencé à consommer du crack 1 fois par semaine. J’avais arrêté avant sans problème. Cette personne je l’aime […]
Lire plus

Depuis deux ans je suis en relation avec une personne et j’ai recommencé à consommer du crack 1 fois par semaine. J’avais arrêté avant sans problème. Cette personne je l’aime mais depuis 1 an et demie je m’enfonce et je risque de tout perdre. Je ne sais plus quoi penser malgré que j’aime cette personne.

Ann09, 26 - 35 ans, F
Granby
Réponse de Toxquebec:

Nous vous encourageons à aller chercher de l’aide professionnelle, auprès d’un psychothérapeute ordrepsy.qc.ca , ou dans un centre spécialisé dans les dépendances de votre secteur (voir «Trouver de l’aide»). La dépendance au crack est tenace, et il est souvent difficile d’en sortir sans aide extérieure.

Bonne chance!

Toxquebec.com

Lire moins
27 Mar 2018
Cannabis Femme, 18 - 25 ans
Je me questionne à savoir si c’est vrai que le CBD à grande quantité réduit les risques de psychose?
Lire plus

Je me questionne à savoir si c’est vrai que le CBD à grande quantité réduit les risques de psychose?

Cath, 18 - 25 ans, F
Montréal
Réponse de Toxquebec:

Le cannabidiol (CBD) est un cannabinoïde présent dans le cannabis. De façon générale, il est reconnu que la consommation de cannabis augmente les risques de psychose chez les individus vulnérables et devrait être évitée. Par ailleurs, les effets thérapeutiques de l’utilisation du CBD isolé, dans le traitement de certains symptômes, sont présentement à l’étude. Le CBD est présent dans certains médicaments. Par contre, ses effets potentiels sur la psychose ou la schizophrénie (spécifiquement sur les symptômes de paranoïa ou d’anxiété, par exemple) nécessitent davantage de recherche, malgré quelques résultats récents suggérant des bénéfices potentiels.

Il est certainement contre-indiqué de consommer du cannabis lorsque l’on est à risque de psychose ou pour prévenir une psychose.

Toxquebec.com

Source :
cannimed.ca

Lire moins
24 Mar 2018
Métamphétamine Homme, 36 - 45 ans
Accro. aux speeds depuis maintenant 15 ans (10 à 15 par semaine) je me considère très chanceux car je n’ai jamais eu aucun malaise ou surdose. Il n’y a que […]
Lire plus

Accro. aux speeds depuis maintenant 15 ans (10 à 15 par semaine) je me considère très chanceux car je n’ai jamais eu aucun malaise ou surdose. Il n’y a que mes dents qui en ont souffert à cause des tics de mâchoires. Je voudrais savoir si je suis normal ou est-ce les autres qui sont malchanceux? Je travaille, j’ai une vie sociale et zéro problème santé. Mais j’suis accro. Peut-on vivre normalement pendant des années en prenant du speed?

Cheech81, 36 - 45 ans, H
Montréal
Réponse de Toxquebec:

Il est rare de ne pas vivre de conséquences adverses d’une dépendance prolongée aux amphétamines. Il faudrait faire un bilan réel et objectif des effets de votre consommation sur votre fonctionnement -vous pouvez ne pas être conscient de certaines conséquences sur fonctionnement, votre santé, votre humeur ou votre cerveau. Si la consommation d’amphétamines est nécessaire à pouvoir fonctionner dans votre quotidien, il serait difficile de considérer que cela représente «vivre normalement», les symptômes de sevrage en l’absence de la substance sont certainement un effet néfaste à ne pas minimiser.

Nous vous encourageons à consulter un intervenant en toxicomanie dans un «centre de réadaptation» afin de faire un bilan de votre consommation.

Toxquebec.com

Source :
– Ben Amar, M. et Léonard, L. (2002) Psychotropes pharmacologie et toxicomanie. Montréal Presses de l’Université de Montréal.

Lire moins
1 2 3