Filtrer
Substance
Substance
Dépendances
Dépendances

Vos questions, notre expertise

Vos questions et nos réponses peuvent non seulement vous aider en toute confidentialité, mais aussi aider d’autres personnes qui vivent des situations similaires à la vôtre.

Cliquez ici ou visitez la page Contactez-nous pour soumettre votre question.

L’équipe qui répond à vos questions est formée de :

Rodrigue Paré, directeur général de La Maison Jean Lapointe
Béatrice Beaucage, M. Ps., psychologue, Maison Jean Lapointe

27 Mar 2018
Cannabis Femme, 18 - 25 ans
Je me questionne à savoir si c’est vrai que le CBD à grande quantité réduit les risques de psychose?
Lire plus

Je me questionne à savoir si c’est vrai que le CBD à grande quantité réduit les risques de psychose?

Cath, 18 - 25 ans, F
Montréal
Réponse de Toxquebec:

Le cannabidiol (CBD) est un cannabinoïde présent dans le cannabis. De façon générale, il est reconnu que la consommation de cannabis augmente les risques de psychose chez les individus vulnérables et devrait être évitée. Par ailleurs, les effets thérapeutiques de l’utilisation du CBD isolé, dans le traitement de certains symptômes, sont présentement à l’étude. Le CBD est présent dans certains médicaments. Par contre, ses effets potentiels sur la psychose ou la schizophrénie (spécifiquement sur les symptômes de paranoïa ou d’anxiété, par exemple) nécessitent davantage de recherche, malgré quelques résultats récents suggérant des bénéfices potentiels.

Il est certainement contre-indiqué de consommer du cannabis lorsque l’on est à risque de psychose ou pour prévenir une psychose.

Toxquebec.com

Source :
cannimed.ca

Lire moins
24 Mar 2018
Métamphétamine Homme, 36 - 45 ans
Accro. aux speeds depuis maintenant 15 ans (10 à 15 par semaine) je me considère très chanceux car je n’ai jamais eu aucun malaise ou surdose. Il n’y a que […]
Lire plus

Accro. aux speeds depuis maintenant 15 ans (10 à 15 par semaine) je me considère très chanceux car je n’ai jamais eu aucun malaise ou surdose. Il n’y a que mes dents qui en ont souffert à cause des tics de mâchoires. Je voudrais savoir si je suis normal ou est-ce les autres qui sont malchanceux? Je travaille, j’ai une vie sociale et zéro problème santé. Mais j’suis accro. Peut-on vivre normalement pendant des années en prenant du speed?

Cheech81, 36 - 45 ans, H
Montréal
Réponse de Toxquebec:

Il est rare de ne pas vivre de conséquences adverses d’une dépendance prolongée aux amphétamines. Il faudrait faire un bilan réel et objectif des effets de votre consommation sur votre fonctionnement -vous pouvez ne pas être conscient de certaines conséquences sur fonctionnement, votre santé, votre humeur ou votre cerveau. Si la consommation d’amphétamines est nécessaire à pouvoir fonctionner dans votre quotidien, il serait difficile de considérer que cela représente «vivre normalement», les symptômes de sevrage en l’absence de la substance sont certainement un effet néfaste à ne pas minimiser.

Nous vous encourageons à consulter un intervenant en toxicomanie dans un «centre de réadaptation» afin de faire un bilan de votre consommation.

Toxquebec.com

Source :
– Ben Amar, M. et Léonard, L. (2002) Psychotropes pharmacologie et toxicomanie. Montréal Presses de l’Université de Montréal.

Lire moins
28 Fév 2018
Alcool Homme, 60+ ans
J’ai entendu dire que les A.A. étaient très structurés au Canada. Je cherche de l’aide pour approfondir la 4ième Étape.
Lire plus

J’ai entendu dire que les A.A. étaient très structurés au Canada. Je cherche de l’aide pour approfondir la 4ième Étape.

Tikal, 60+ ans, H
Lyon
Réponse de Toxquebec:

Pour le Québec, vous pouvez consulter le lien apparaissant dans notre section «Trouver de l’aide» ou téléphoner au numéro indiqué, il existe des retraites et journées intensives d’approfondissement de l’Étape 4 auxquelles il est possible de s’inscrire. Un mentor membre du mouvement pourra également vous guider.

Bonne chance!

Toxquebec.com

Lire moins
13 Fév 2018
Polyconsommation Femme, 46 - 60 ans
Mon fils 32 ans, TDA se referme, s’isole, ne parle pas beaucoup et n’a pas d’amis. Il a mis fin à une relation amoureuse, a changé de travail. Il a […]
Lire plus

Mon fils 32 ans, TDA se referme, s’isole, ne parle pas beaucoup et n’a pas d’amis. Il a mis fin à une relation amoureuse, a changé de travail. Il a recommencé à prendre de la drogue et joue à des jeux qui l’entraîne dans une grande dépendance. Je voudrais l’aider à aller chercher de l’aide, ce qui n’est pas évident car il veut être indépendant et est orgueilleux. À quelle porte dois-je frapper ? Qui peut lui apporter de l’aide avant qu’il ne s’enfonce encore plus? Quel professionnel de la santé peut l’aider?

Mti, 46 - 60 ans, F
Baie-Comeau
Réponse de Toxquebec:

Plusieurs options sont possibles pour chercher de l’aide: il peut en parler à un médecin, rencontrer un intervenant en toxicomanie dans un centre de réadaptation de son secteur (voir «Trouver de l’aide»), ou aller assister à une rencontre de groupe d’entraide de son quartier (voir également «Trouver de l’aide»).

S’il refuse, la meilleure voie est d’aller chercher de l’aide pour vous-même, de nombreux centres de réadaptation offrent des services d’aide et conseils pour la famille, pouvant vous aider à aborder le problème.

Bonne chance!

Toxquebec.com

Lire moins
12 Fév 2018
Opiacés Femme, 36 - 45 ans
Pouvez-vous me dire à quoi peuvent bien servir des entonnoirs de cuisine et des Q-tips dont les bouts sont coupés et brûlés. Je soupçonne que c’est utilisé pour consommer. Avez-vous […]
Lire plus

Pouvez-vous me dire à quoi peuvent bien servir des entonnoirs de cuisine et des Q-tips dont les bouts sont coupés et brûlés. Je soupçonne que c’est utilisé pour consommer. Avez-vous une idée?

Jass, 36 - 45 ans, F
L’ass
Réponse de Toxquebec:

Il pourrait s’agit d’accessoires utilisés dans la consommation d’héroïne ou d’opiacés, cependant il est difficile de tirer une conclusion de ces seuls accessoires, nous vous encourageons cependant à en parler à la personne concernée.

Toxquebec.com

Lire moins
1 2 3 4